Inscrivez-vous

Les « likes » n’ont plus d’importance

Instagram Source: Pixabay Aujourd’hui, la technologie nous permet d’avoir le monde entre nos mains. Qu’il s’agisse de payer le loyer ou de tuer le temps en rejoignant un casino pendant que nous attendons cet ami qui est toujours en retard. Mais quand notre santé mentale dépend d’un « like » à propos de la dernière photo publiée, les problèmes commencent. Vous avez probablement déjà entendu la nouvelle : Facebook est en train de supprimer le compteur de likes dans le flux Instagram. Le mouvement a été critiqué par beaucoup, mais certains utilisateurs y voient une opportunité pour plus de créativité et moins de jugement.

Une réaction démesurée de la part des influenceurs

Certains utilisateurs ont critiqué cette décision, la jugeant menaçante pour l’économie de l’influence, car c’est un univers commercial qui dépend fortement d’un engagement visible dans les posts promotionnels. La semaine dernière, Mikaela Testa, une personnalité influente de Melbourne, est devenue virale après avoir publié une vidéo émouvante et un message sur Facebook condamnant la décision en la considérant comme une menace pour les moyens de subsistance des personnes dont le revenu est assuré par les clics du bouton rouge du cœur d’Instagram. « C’est de l’argent fichu en l’air. J’ai mis ma sueur et mes larmes dans cette affaire, il n’y a pas que moi qui souffre, il y a toutes les marques et tous les commerces que je connais », a écrit Testa.

Un bouton qui n’a pas vraiment de sens

Comme Chris Taylor l’a écrit dans Mashable, « le bouton like a acquis une panoplie de significations dans le domaine social. On peut l’utiliser de diverses façons pour dire oui, je suis d’accord, je vous entends, bien sûr, pourquoi pas, je suppose. Il peut être utilisé comme signet. Et cela ne fait qu’effleurer la surface ; il y a tout un tas d’autres raisons, personnelles et politiques, pour lesquelles nous pourrions vous donner un cœur ou un pouce en l’air ». Le bouton like est bien utilisé, mais on a maintenant de plus en plus de mal à lui donner du sens si bien qu’il devient de moins en moins pertinent. Paradoxalement, c’est sa simplicité qui le rend complexe et d’autres solutions sont mises en place afin de remplacer cette fonctionnalité qui n’était peut-être pas la meilleure idée du siècle. Le like Source: Pixabay

Vers un retour aux sources

Laura Albertin, rédactrice et influenceuse de contenu sur les médias sociaux avec plus de 188 000 adeptes, croit qu'une fois que les likes auront disparu, les gens commenceront tout simplement à se concentrer sur d'autres mesures de validation sociale comme les followers, les commentaires et les partages. Après tout, les mêmes processus conduisant à une image de soi sur Instagram font partie intégrante du même système de récompense et maintiennent les utilisateurs accros à l'application. Cela peut s'avérer décevant pour beaucoup qui considèrent la disparition des likes comme le début de la fin pour les influenceurs. Au fur et à mesure que l'on en apprend davantage sur leur approche manipulatrice de la publicité, de plus en plus d'utilisateurs d'Instagram semblent espérer que l'économie des influenceurs sera démantelée et que l'application de partage de photos pourra revenir à sa vocation initiale, à savoir partager des photos de la vie quotidienne.

Pour certains, l’impact de cette mesure n’est absolument pas négatif

Mahalia Handley, mannequin et militante pour la diversité dans la mode avec plus de 42 000 followers sur Instagram, a déclaré qu’elle était mannequin bien avant de commencer son aventure sur les réseaux sociaux, et que la disparition des likes a peu d’impact sur sa vie numérique. Elle croit que cette décision pourrait faire passer la créativité des influenceurs au premier plan. Les utilisateurs trouveront invariablement d’autres repères sur l’application pour se mesurer les uns par rapport aux autres. Comme l’a dit Handley, « je pense que le fait d’être privé de ce genre de choses permet aux gens d’être uniques et plus inventifs, plus personnels et d’ouvrir la voie à plus de créativité dans l’industrie de la mode ».

Vers plus de qualitatif dans la manière de noter les individus

Pour finir, tout comme pour l’algorithme du Page Rank de Google, la façon de mesurer la popularité doit évoluer avec le temps. On ne compte plus les personnes qui ont acheté des likes, ou même acheté des followers. Afin de lutter contre la triche, il est primordial de modifier la manière dont les gens sont jugés. La prise en compte des commentaires sera bien plus pertinente dans la mesure où l’écriture d’un message nécessite un engagement poussé et une prise de temps de la part de son auteur. Il est certain que des outils seront développés afin d’analyser ce contenu et d’en tirer des informations importantes pour la mesure de la popularité. Il est de ce fait fort possible que l’aspect quantitatif soit enfin mis de côté pour des critères qualitatifs. Les données publiées par les internautes se doivent d’être mieux considérées dans l’intérêt des usagers et des marques.


Coupe du monde de ... Ce que votre smartphone ...