Inscrivez-vous

Les origines d’Halloween !

Des citrouilles d’Halloween sculptée Source: Pixabay Avec les grands renforts de la TV et du cinéma, Halloween a largement dépassé les frontières de son Irlande natale. Dans nombre de pays du monde entier, les gens profitent de cette date pour se faire des soirées déguisées entre amis et les enfants sonnent chez les habitants du quartier en demandant des friandises. Mais sait-on en fait d’où vient cette tradition ? Si vous souhaitez vous mettre dans le bain de cette ancienne fête occulte, pourquoi ne pas justement essayer une de nos machine à sous d’horreur et d’épouvante ? Halloween se fête dans la nuit du 31 octobre, la veille de la Toussaint. Découvrez l’origine et les connexions avec l’histoire de cet évènement annuel ancestral.

Samain et l’histoire celtique

Remontons 2500 ans en arrière, si vous le voulez bien. Plus précisément en Écosse et en Irlande. À cette époque, le calendrier se terminait le 31 octobre, lors de la fête de Samain où on faisait de nombreux festins et des sacrifices rituels. La croyance était que cette nuit du nouvel an celtique marquait l’apparition d’un passage entre le monde des vivants et celui des défunts. Ces derniers pouvaient alors en profiter pour accomplir des vengeances. Assez perturbant. Les Celtes étaient donc très apeurés des possibilités de croiser ou d’être attaqués par des fantômes. Pour y remédier, ils décidaient ainsi de prendre le taureau par les cornes et de se déguiser de manière terrifiante pour faire peur aux spectres et autres revenants. Halloween est une fête païenne, le fait que la Toussaint ait lieu le lendemain est purement arbitraire. Halloween signifie All Hallows’ Eve soit la veille de tous les saints, donc la veille de la Toussaint. L’église catholique a déplacé cette date de la Toussaint vers le 8ème siècle, à l’origine ayant lieu au mois de mai, dans son objectif d’éliminer toutes les influences païennes restantes. Par la suite, l’introduction de cette fête sur le continent américain s’est faite lors de l’immigration des Irlandais et Écossais qui fuyaient la Grande famine de leurs pays. Halloween est maintenant fêté aux États-Unis, au Canada, en Australie, en Irlande et en Grande-Bretagne. En gros l’essentiel des pays à culture anglo-saxonne.

La citrouille !

Et oui parlons-en, car on la voit à droite à gauche pour Halloween, sous la forme d’un visage effrayant sculpté dedans et avec des bougies à l’intérieur. Et bien sachez qu’à la base, le rôle de cette imposante citrouille était occupé par… un navet ! Il faut reprendre en fait l’histoire de Jack-o’-Lantern. Il s’agit bien de celui qui a inspiré le célèbre L’étrange Noël de Mr Jack de Tim Burton, film d’animation qui fait partie de la culture populaire du cinéma. Dans cette légende irlandaise, Jack est un ivrogne paresseux méchant et égocentrique. Toutes ces qualités lui font évidemment refuser l’entrée au paradis une fois mort. Mais de son vivant, il a passé son temps à ruser le diable, si bien qu’il a même réussi à échapper à l’enfer. Le voilà donc contraint d’errer indéfiniment sans but et dans l’obscurité. Il sculpte alors une lanterne dans un navet, et réapparaît chaque année lors de la soirée d’Halloween. Mais comme le navet est un légume introuvable sur le continent américain lors de l’immigration, on l’a remplacé par la citrouille qui est d’ailleurs bien plus commode à sculpter pour en faire des lanternes. D’aucuns disent que c’est aussi parce que la citrouille n’existait pas en Irlande qu’on ne l’utilisait pas avant. Le visage diabolique sculpté dans celle-ci sert à effrayer les mauvais esprits. Vous pouvez néanmoins continuer à trouver des navets en lanterne dans les bourgades les plus conservatrices de la veille tradition celtique. Une sorcière volant sur son balai Source: Pixabay

Halloween à l’époque moderne

En tout cas aux USA, on prépare Halloween tout le mois d’octobre. Et il s’agit d’une fête qui a autant d’importance que Noël dans les pays chrétiens européens. Les maisons sont décorées, les déguisements sont préparés et revêtus par toute la famille. Parmi ceux-ci, on retrouve les immanquables fantômes, sorcières, squelettes, mais aussi d’autres personnages effrayants comme des lutins, des vampires comme Dracula, Frankenstein, même des zombies et tous les monstres de la culture populaire. C’est un véritable prétexte à la créativité ! Les enfants se déplacent souvent en groupes pour réclamer des friandises sous forme de gentilles menaces en proférant «des bonbons ou un sort !» («Trick or treat»). Les bonbons seraient liés aux offrandes que l’on faisait aux esprits pour les apaiser. La menace elle reposerait sur l’idée que les mendiants promettaient prière ou malheur aux gens chez qui ils frappaient et quémandaient, notamment des «soul cake » (gâteaux d’âmes) faits de pain et de raisin. Chaque année, Manhattan à New York organise une gigantesque parade nocturne attirant deux millions de personnes venant admirer les déguisements des dizaines de milliers de participants. En Irlande, le génial festival d’Halloween de Londonderry se déroule sur plus d’une semaine avec le très attendu feu d’artifice du 31 octobre. Certains pays n’ayant pas cette tradition à la base ont tenté de se l’approprier, mais à part le folklore des enfants elle ne prend pas autant que dans ses pays d’origine, étant simplement considérée comme une fête à substance commerciale.


Quels usages pour la ... Découvrez Día de los ...