Inscrivez-vous

L’impact de la crise financière de 2008 sur la génération des Millennials

la génération des Millennials Source : Tech.co La grande crise financière de 2008 et la récession ont façonné le caractère et la vie des Millennials. Ici, vous saurez très exactement qui sont ces personnes, victimes des banques, dont l’avenir est plus qu’incertain. Vous verrez également ce qui fait fondamentalement la différence entre ces personnes et l’une des générations qui a fait le plus parler d’elle. Vous apprendrez aussi comment la crise a affecté ces jeunes ainsi que leurs principales préoccupations.

Qui sont les Millennials ?

On l’appelle également la génération Y. Il s’agit des personnes nées entre 1980 et 2000. Les Millennials sont des jeunes connectés et très souvent diplômés. Ils sont adeptes de l’économie du partage et s’intéressent de près aux problématiques environnementales. Ce groupe d’individus qu’on estime aujourd’hui représenter 2 milliards de personnes dans le monde a d’excellentes compétences avec les ordinateurs et les nouvelles technologies. Ils sont adeptes des médias sociaux et jouent au casino en ligne. Cependant, depuis la crise économique, leur stabilité financière tend à s’empirer progressivement.

Les baby-boomers n’ont rien à envier à la génération Y

On a souvent tendance à assimiler les Millennials à la génération des baby-boomers qui est apparue suite à la Seconde Guerre mondiale. Mais il n’en est rien. Contrairement à la génération Y, l’emploi n’était pas un problème à l’époque. Les pays en guerre étaient à reconstruire et le plein emploi était à l’ordre du jour. Le travail était donc réellement au cœur des préoccupations, c’était même une valeur centrale au sein des foyers qui procurait un sentiment d’appartenance à un groupe. Cette génération est également responsable de toutes les améliorations sociales liées au monde du travail.

La crise financière de 2008

Savez-vous ce qu’est réellement la crise financière de 2008 ? Pour la comprendre, il faut retourner en 2006 lorsque les banques américaines ont prêté de l’argent, afin d’investir dans la pierre, à un grand nombre de foyers sans vérification au préalable sur leur capacité financière. La seule garantie demandée par les banques était l’hypothèque de la maison. Avec l’inflation, les ménages n’ont pas été en mesure de rembourser leur crédit, se retrouvant ainsi à la rue. Les banques étaient alors propriétaires d’un très grand nombre de biens immobiliers, dont la valeur a chuté. Certaines banques ont donc fait faillite et il est devenu de plus en plus difficile à la fois pour les particuliers et les professionnels de bénéficier d’un crédit. Cela a donc impacté directement le marché de l’emploi qui ne pouvait plus se développer, ce qui a conduit à une augmentation du chômage. La crise financière de 2008 Source : Washington Monthly

Comment la crise financière a-t-elle affecté la génération Y ?

L'effondrement immobilier et la crise économique qui ont suivi ont eu un impact durable qui se fait encore sentir une décennie plus tard. Pour les jeunes, il se caractérise par moins d’emplois, mais également moins d’économies. En effet, en raison des frais universitaires élevés dans certains établissements, certains étudiants n’ont pu se constituer un patrimoine leur permettant d’être à l’abri. L’achat d’une maison est donc devenu compliqué. D’ailleurs, l’investissement dans la pierre n’est plus une priorité pour la génération Y qui s’attache de moins en moins au côté matériel des choses. En ce qui concerne l’emploi, là aussi on observe un changement de mentalité, alors que le travail était une valeur fondamentale à l’époque, ce n’est plus le cas. Trouver une raison d’être par le travail est devenu difficile et une modification profonde de la société est de plus en plus nécessaire pour combler les attentes de cette génération.

Tout n’est pas noir pour la génération écolo

Bien que le chômage soit à son plus bas niveau en 49 ans, de nombreuses personnes issues de la génération Y se retrouvent au bord de la pauvreté. Si beaucoup se sont remis des traumatismes immédiats de la récession, ils vivent aussi avec les conséquences d'une décennie perdue. Mais tout n’est pas noir pour les Millennials, car ils sont bien meilleurs que les baby-boomers pour rester mariés. Aux États-Unis, on constate de moins en moins de divorces avec une diminution estimée à 18 % entre 2008 et 2016. Les enfants sont quant à eux beaucoup moins nombreux, parfois pour des raisons écologiques, ou à cause de l’incertitude en ce qui concerne leur futur, et naissent de plus en plus tard. Une aubaine pour une société dans laquelle le nombre d’individus a clairement explosé.


Les fondateurs d’Instagram abandonnent ... Le clictivisme comme moyen ...