Inscrivez-vous

H&M loue des vêtements !

Des vêtements sur des cintres Source: Pixabay Le développement durable apporte une valeur ajoutée à la promotion de certaines catégories de produits de consommation. Par exemple le bio dans la nourriture ainsi que les soins corporels et esthétiques. Ou alors l’efficacité énergétique dans le secteur automobile qui est un argument marketing de plus en plus efficace. Mais qu’en est-il des casinos ? Il est difficile de voir comment une planète heureuse aurait un lien avec les jeux de hasard. C’est pourquoi en 2016 a été crée la Sustainable Gambling Conference qui cherche à inciter les acteurs de l’industrie à discuter de la façon de rendre le secteur davantage écoresponsable sur le long terme. Saviez-vous en tout cas que l’industrie de la mode est responsable de plus de 10 % des émissions de gaz à effet de serre sur la planète? C’est même davantage que le transport maritime et l’aviation. La marque suédoise de prêt à porter H&M part de ce constat pour lancer son concept de location de vêtements. Une façon de faire de la publicité tout en participant à une démarche écologique.

L’impact de l’industrie textile sur l’environnement

1 milliard de tonnes de CO2 par an, soit plus que tous les transports maritimes et aériens cumulés. 2ème industrie la plus polluante au monde après le pétrole, ce qui n’est pas flatteur du tout, le textile semblerait être un véritable gouffre écologique. Depuis la production avec notamment l’extraction très polluante des matières premières, en passant par la transformation avec le blanchissement et les colorants pour le même constat, le transport se passe de commentaires, et la distribution avec tous les emballages, au final on comprend vite. Et c’est sans compter tous les coûts écologiques d’entretiens avec les lessives, repassages, etc. Un exemple concret : pour créer et distribuer un simple T-shirt, il aura fallu 3750 L d’eau pour 40 000 km parcourus. Soit plus que le tour de la Terre si on prend en compte toutes les «escales» nécessaires aux différentes étapes de sa production. Il générera une empreinte carbone de 5kg, environ 20 fois son poids. Un autre chiffre ? 20 % de la pollution mondiale des eaux vient du textile. En Chine, ce chiffre monterait à 70 %.

Trop de gaspillage ?

En dehors de la production, le problème relève aussi tout simplement de la surconsommation. Par surconsommation il faut en fait entendre gaspillage. Par exemple, portons-nous plus de la moitié des vêtements de notre garde-robe, au moins de temps en temps quand même ou alors jamais ? L’envie de changement ou la mode sont plus forts que nous, et nous jetons pour faire de la place. Or ces vêtements ne disparaissent pas vraiment sous terre ou dans le néant, puisque une grande partie est en fait incinérée. On parle de près de 80 milliards de vêtements produits, et de millions de tonnes qui sont jetées chaque année. Malheureusement seulement 13 % des vêtements sont recyclés… Une femme qui porte des sacs de shopping Source : Pixabay

H&M loue à la semaine

L’enseigne suédoise a lancé son concept en novembre : pour environ 30€, vous pouvez louer jusqu’à 3 vêtements pour une semaine si vous faites partie du programme de fidélité. Les vêtements sont issus de sa gamme écoresponsable «Conscious Exclusive» qui existe depuis 2012. Ces produits sont forcément un peu plus cher que les vêtements issus des gammes traditionnelles, avec des prix de vente se situant entre 79 et 199 €. Un bon moyen donc de les essayer et d’en profiter avant de passer à l’achat, ou au moins se faire plaisir en ayant la sensation de participer à une cause. Pour l’instant ce service n’est possible que dans son grand magasin de 3000m² de la place Sergels Torg à Stockholm. En tout cas l’objectif de la marque est, si le test est concluant, de l’étendre à d’autres magasins du pays et du monde entier. Existe-t-il néanmoins un lien avec la décision de H&M de lancer ce genre initiative et le fait que la marque avait été accusée de brûler des quantités incroyables d’invendus en 2018 ? Publicité négative qui avait peut-être causé son recul des ventes de 3 % depuis l’année dernière.

Un concept à étendre

Depuis décembre, l’expérimentation a même été lancée en Chine pour une durée de 3 mois. Là bas, les clientes qui s’abonnent peuvent recevoir des vêtements de la marque suédoise tous les mois directement chez elles. Elles pourront les essayer et les acheter à prix réduit si elles sont convaincues. On ne sait pas par contre les détails tels que le prix de la location et le nombre de vêtements par lot. H&M n’est pas la seule enseigne sur le marché de location de vêtements, avec des acteurs de valeur présents notamment aux États-Unis. Preuve en est en tout cas que le concept de l’économie circulaire serait suffisamment intéressant pour que des investisseurs y placent des billes. Le 1er magasin en ligne de vêtements de seconde main Thred Up estime même que 2 % du volume de la mode se fera par la location de vêtements d’ici les dix prochaines années. On souhaite en tout cas pour la planète que ce chiffre soit atteint et même dépassé.   Vous aimez l’écologie ? Alors vous pourrez aussi aimer 


Les «power couples» du ... Les meilleurs films de ...