Inscrivez-vous

Fiat proteste contre le transfert de Cristiano Ronaldo

Cristiano Ronaldo Juventus Source: Daily Post Nigeria Suite à un appel à la grève au sein d’une usine Fiat située en Italie, le mois de juillet aurait pu être très mouvementé pour l’entreprise automobile. En effet, les employés de l’usine Fiat Chrysler Automobiles ont décidé de lancer un appel à la grève afin de faire part de leur mécontentement en réponse à l’achat de la superstar internationale du football, Cristiano Ronaldo, pour un montant de 100 millions d’euros. Ce montant est impressionnant pour un joueur ayant seulement 33 ans. En jouant au casino en ligne, vous pouvez gagner de grandes sommes. Mais malheureusement, même en gagnant 33 fois de suite, vous ne pourriez gagner autant que le joueur de football acheté par Agnelli, actuel président du club et dirigeant de Fiat.

Retour sur l’Histoire de la famille Agnelli

La famille Agnelli est depuis longtemps dans les petites affaires de Turin. En effet, c’est à Turin en 1899 que l’entreprise Fiat, acronyme signifiant « Fabbrica Italiana Automobili Torino » soit « Fabrique italienne d'automobiles de Turin » en français, a été créée par trente actionnaires, dont Giovanni Agnelli. Son petit-fils, aussi nommé Giovanni Agnelli, qui a repris l’entreprise, était naturellement très proche du club de football de la Juventus, et notamment de son directeur puis président, Giampiero Boniperti. En effet, son père avait racheté le club en 1927, et il s’en trouvait donc propriétaire. Aujourd’hui, c’est Andrea Agnelli, l’arrière-petit-fils de Giovanni, qui tient les rênes tant pour l’entreprise Fiat que pour le club de la Juventus. Pour faire suite à l’annonce de l’achat de Ronaldo pour le club de la Juventus, les salariés de Fiat ressentent un sentiment d’injustice et d’inégalité. Jeep Renegade Source: Wikimedia

Un contexte économique délicat pour les employés de Fiat

Depuis plusieurs années, les travailleurs de Fiat en Italie sont confrontés à des licenciements. Le plan ayant pour but d’amener les usines du constructeur au plein emploi, initialement prévu pour cette année, a malheureusement été retardé. Pour se rendre compte du lien fort entretenu entre le plan social d’une part et l’achat du joueur d’autre part, il faut savoir que le contrôle des deux entités est réalisé par le biais d’une seule et même holding, détenue par la famille Agnelli. La société détentrice à la fois du club de football et du constructeur automobile a donc fait le choix d’investir des millions d’euros sur une seule personne plutôt que de garantir l’avenir de milliers de personnes. Dû à un sentiment d’inégalité, tandis que l’entreprise Fiat et ses employés ont permis à la famille Agnelli de faire fortune, le syndicat Union Sindicale di Base (USB) a décidé d'appeler les ouvriers de Fiat à manifester leur mécontentement du 15 au 17 juillet 2018.

Un fiasco pour le syndicat d’employés à l’initiative du mouvement de grève

Tout ne s’est malheureusement pas passé comme prévu pour le syndicat minoritaire USB. Sur les 1700 employés qui occupent l’usine d’assemblage situé à Melfi dans le sud de l’Italie (dans laquelle sont produits les Fiat 500x, Punto et Jeet Renegade), seulement cinq employés ont répondu présents. Ces cinq employés représentent en réalité que 0,3 % du personnel présent régulièrement dans les locaux de l’entreprise. Un porte-parole a admis publiquement que les actions de protestation prévues ont été un échec retentissant. Tout n’est pas noir pour Fiat, dont le logo Jeep est apposé sur les maillots à rayures noires et blanches de la Juventus. En effet, selon les analystes, l’entreprise pourrait bénéficier d'une bonne retombée médiatique : si Ronaldo peut mener la Juventus à la finale de la Ligue des champions de l'UEFA, l'exposition médiatique pour cette seule année permettra de remporter environ 58,3 millions de dollars qui pourraient être bénéfiques pour le futur du constructeur automobile.


Don social par glissement ... Tim Cook plébiscite des ...