Inscrivez-vous

100 joueurs ont participé à la Fortnite World Cup et il n’y avait aucune femme

Une joueuse Source: pixabay Ce weekend, les meilleurs joueurs Fortnite du monde se sont réunis à Flushing Meadows, à New York, pour participer à la toute première finale de la Coupe du monde du jeu pour 30 millions de dollars de prix. Des dizaines de milliers de spectateurs ont rempli le célèbre stade Arthur Ashe pour assister à l’action en direct, et plusieurs millions d’autres ont visionné les parties sur Twitch et YouTube. Fortnite est, après tout, l’une des plus grandes marques de divertissement sur la planète, jouée par des centaines de millions de personnes. Malgré tout le battage médiatique autour du jeu et de la finale, un fait déprimant demeure : pas un seul des 100 finalistes n’était une femme. Alors que les joueuses existent depuis des siècles dans le cadre des jeux de hasard et qu’elles ont joué un rôle crucial dans la formation et la conception de l’industrie du jeu moderne, l’industrie du sport en ligne doit attirer des joueuses professionnelles pour éviter de reproduire le sexisme qui gangrène d’autres sports.

Qu’est-ce que Fortnite : Bataille Royale

Fortnite est un jeu d’action en ligne dans lequel, sur chaque partie, 100 joueurs se retrouvent sur une petite île et se battent jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un. Des armes et des pièges sont cachés autour, et les joueurs doivent s’armer tout en explorant les lieux. Fortnite a fait ses débuts en juillet 2017 en tant que jeu de survie coopératif à quatre joueurs, mais le développeur du jeu, Epic, a remarqué l’énorme succès du titre PC PlayerUnknown’s Battlegrounds (PUBG), qui oppose 100 joueurs les uns aux autres, et a décidé de sortir une nouvelle version de son jeu. Ce qui fait le succès du jeu, c’est qu’il est gratuit. Ainsi, les joueurs peuvent débloquer de nouveaux objets au fur et à mesure des parties. Évidemment, afin de gagner de l’argent, un pass premium offre l’opportunité à ceux qui paient d’obtenir des vêtements et des objets exclusifs.

Qu’est-ce qui explique le succès du jeu ?

Outre le fait que le jeu soit gratuit, il est drôlement amusant. Contrairement à PUBG qui se veut à la fois sérieux et réaliste, Fortnite ne manque pas d’humour et propose un univers totalement décalé. Lorsqu’on joue à Fortnite : Battle Royale, on a l’impression de se retrouver dans un dessin animé. De nombreux objets et costumes dérisoires sont disponibles. Mais ce qui fait le succès du jeu, ce sont les mouvements de danse qu’on retrouve désormais sur YouTube. Ce que les parents aiment, c’est l’absence de sang et même si l’on est dans un jeu de combat, le côté violent n’est pas mis en avant. Fortnite Source: Pixabay

L’industrie du sport victime de sexisme

Lorsque les femmes participent à ce genre d’évènements, elles peuvent être confrontées à des réactions inappropriées. En juin, une jeune fille de 15 ans a participé à un tournoi à New York autour du jeu Nintendo Super Smash Bros et a battu l’un des meilleurs joueurs professionnels. Par la suite, elle a été harcelée et intimidée en ligne par quelques fans. Le problème n’est malheureusement pas nouveau et l’on trouve des témoignages datant de 2016 avec par exemple la joueuse professionnelle Steph Harvey qui a déclaré que : « C’est toujours un “club de garçons”, donc en tant que femme, vous êtes automatiquement jugée comme étant différente ». Plus tôt cette année, l’Associated Press a demandé à Susie Kim, alors gérante de l’équipe des Spitfires de Londres, si les femmes étaient assez bonnes pour jouer aux plus hauts niveaux. « Absolument, » dit-elle, mais, « même les femmes qui font partie d’équipes sportives professionnelles bien connues sont victimes de réactions sexistes ». En juin, Lunarkats, streameuse et joueuse professionnelle qui crée du contenu pour l’équipe Lazurus, a tweeté une vidéo de son jeu Counter Strike Global Offensive en ligne et a reçu des commentaires inappropriés et sexistes, dont certains provenant de ses propres coéquipières !

Quelles solutions mettre en place ?

Une solution a été de créer des ligues et des compétitions réservées aux femmes, ce qui a permis aux jeunes joueuses de bénéficier d’un environnement moins toxique pour perfectionner leurs compétences et participer aux compétitions. Si les choses doivent s’améliorer, il incombe aux éditeurs de jeux, aux organisateurs d’événements, aux sponsors de renom et aux propriétaires d’équipes, d’attirer et d’employer davantage de joueuses, de lutter efficacement contre la culture sexiste du jeu de compétition par une meilleure modération et des sanctions plus sévères pour les abus (tant pour les pros que les amateurs), et de récompenser les femmes autant que leurs collègues masculins.


Quand la Gamescom 2019 ... Le casino Diamond Casino ...